Paysage avec palmiers

Livre de qqes pages d’une grande force. Obsédant, brutal, poétique, sur Beyrouth, sur la guerre, sur ce qu’il a vu.
« J’écris pour quitter Beyrouth. J’écris pour que Beyrouth me quitte », écrit l’auteur, en observateur fasciné, horrifié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s